De Gaulle et Darnand

darnand
Dans ses mémoires de guerre, le Général De Gaulle évoquait le cas de Joseph Darnand, héros de la première guerre mondiale et du début de la seconde, qui s’est adonné ensuite à la collaboration la plus extrême en devenant chef de la Milice et commandant SS:
 
“Ce que le national-socialisme comportait de doctrinal avait assurément séduit Darnand. Mais surtout à cet homme de main et de risques, la collaboration était apparu comme une passionnante aventure, qui par la même justifiait toutes les audaces et tous les moyens. Il en eut à l’occasion couru d’autres en sens opposé. A preuve, les exploits accomplis par lui au commencement de la guerre. A preuve aussi, le fait qu’il m’avait fait transmettre sa demande de rejoindre le France Libre. Rien, mieux que la conduite de ce grand dévoyé de l’action, ne démontrait la forfaiture d’un régime qui avait détourné de la patrie des hommes faits pour la servir.”
 
Nous pouvons tout de même nous interroger sur la personnalité de Darnand qui était incontestablement un authentique patriote mais aussi un militant d’extrême-droite entre les deux guerres.
Darnand a-t-il été corrompu par le régime nazi ou était-il déjà passé du côté obscur avant la guerre.
Le fanatisme est-il une maladie tellement puissante qu’elle puisse contaminer même des hommes forts? Ou alors ceux qui y succombent sont-ils prédisposés à perdre la raison?
De Gaulle