Articles Archive

Les “schlammers”, ces gangsters juifs briseurs de grève… puis solidaires des ouvriers

“Les gangsters se demandaient bien pourquoi les ouvriers ne leur ressemblaient pas plus. Pourquoi enduraient-ils ces souffrances? Pourquoi les supportaient-ils?”   Que pensent les gangsters des ouvriers dans nos sociétés?  Mépris? Solidarité? Admiration cachée? Comme dans ce passage détonnant du livre de Rich Cohen, “Yiddish Connection” Le contexte était certes différent car les faits évoqués

LE COMITÉ ANTIFASCISTE JUIF

La création d’un « Comité antifasciste juif d’Union soviétique » est annoncée le 24 août 1941 sur Radio Moscou, par une allocution en yiddish « Brider un shvester, yidn fun der gantzer velt… »( « Frères et sœurs, Juifs du monde entier »).    Créé en URSS en pleine guerre mondiale, le CAJ est à la fois un comité d’intellectuels juifs

Affaire Polanski : féminisme et antisémitisme

Les féministes sont légitimes quand elles dénoncent les agissements passés de Roman Polanski. Il ne s’agit pas de débattre de la culpabilité de Polanski ni de la possibilité de lui pardonner. C’est une autre affaire dont se chargera notamment la justice. D’un point de vue moral, chacun jugera en son âme et conscience. Mais est-il

Les sionistes révisionnistes et l’Italie fasciste : Histoire d’une amitié très discrète (1932-1938)

Afin d’oeuvrer pour son développement les cadres du Betar, mouvement de jeunesse du sionisme révisionniste, ont cherché et parfois obtenu l’appui de personnalités politiques de l’Italie fasciste. Cette collaboration qui s’est déroulée non sans difficultés relevait essentiellement de l’opportunisme. Pour les sionistes révisionnistes, il s’agissait surtout d’obtenir une aide dans la formation des jeunes militants.

Israël sera-t-il le dernier pays à reconnaître le génocide des Arméniens ?

Alors que la Chambre des Représentants des Etats Unis a adopté à une écrasante majorité une résolution reconnaissant le génocide des Arméniens par l’Empire Ottoman pendant la première guerre mondiale, Israël ne reconnait toujours pas le génocide malgré les protestations de nombreuses personnalités politiques, intellectuelles israéliennes. Le président Rivlin, favorable à la reconnaissance, parle de