Nous ne protestons pas, nous faisons comme si nous protestions.

Excellent texte qui montre la supercherie des manifestations.
Et pourquoi les politiques ne sont finalement jamais inquiétés.
 
“Anders caractérise les formes instituées de la politique comme du happening. Il y a un rapport entre la politique et le théâtre. Nous parlons d’ailleurs de scène politique, d’acteurs politiques… L’espace politique est un lieu où nous nous mettons en scène, où tout se passe sur le mode du comme si : nous n’agissons pas, nous faisons comme si nous agissons ; nous ne résistons pas, nous faisons comme si nous résistons ; nous ne protestons pas, nous faisons comme si nous protestons.
 
Nous nous mettons en scène comme sujets agissants… mais agissons-nous réellement ? Anders s’en prend par exemple à celles et ceux qui se rassemblent contre le nucléaire et qui très vite en viennent à sortir des guitares, à chanter ensemble, à s’amuser et à oublier la raison pour laquelle ils sont là. Ils ne se soucient même plus du résultat de leur action. Ce qu’on appelle lutter devient autre chose que lutter. Cela devient un moment festif et non pas offensif.
 
Je dois avouer que ce que dit Anders m’a beaucoup frappé et m’a fait réfléchir sur ma manière d’aller en manifestation. C’est très vrai : dans les mobilisations, nous prenons des photos de nous en souriant comme si cette situation ne posait pas problème. Que signifie éprouver de tels affects dans ces moments qui devraient être des moments de lutte contre les violences faites aux femmes, contre les pratiques policières, contre le racisme, contre le capitalisme… Cela ne montre-t-il pas que ce que nous appelons « la politique » remplit d’autres fonctions que ce qu’elle est censée remplir ?
 
Mais alors, si lorsque nous croyons lutter nous faisons autre chose que lutter, que voudrait dire lutter – et quand luttons-nous vraiment ? Il ne faut jamais juger une mobilisation du point de vue du plaisir que nous y avons éprouvé, des souvenirs que nous y avons forgés – « c’était une belle manifestation » : la seule chose qui compte c’est « est-ce efficace ? ». Sinon, c’est comme s’il y avait une sorte d’autonomie de la lutte par rapport à ses buts, un art pour l’art de la lutte.
 
Nous évaluons une manifestation en fonction de son ambiance, du monde présent, de son parcours, des rencontres que nous y avons faites – nous développons des critères internes d’appréciation en faisant totalement l’impasse sur la seule chose qui devrait compter : avons-nous gagné du terrain ?”
 
Geoffroy de Lagasnerie