Le tétrapharmakon moderne de Robert Misrahi

Les quatre remèdes pour une existence heureuse :

 

1. Se libérer du déterminisme : rien n’est inéluctable… Se libérer du destin et de la fatalité.
2. Prendre conscience de son pouvoir. Utiliser la Crise pour construire un nouveau Commencement.
3. Avoir le courage de sa Conversion.
4. S’autoriser pleinement la Jouissance. Orienter toute sa Vie vers la Jouissance de vivre, sous trois formes : Autonomie. Réciprocité. Jouissance du Monde.


Robert Misrahi est un philosophe français né le 3 janvier 1926 à Paris. Ses parents étaient des juifs turcs.


Ayant exprimé à Jean-Paul Sartre qu’étant juif en pleine Seconde Guerre mondiale, il ne pouvait poursuivre des études supérieures, ce dernier l’aidera à financer ses études de philosophie. Ils travailleront ensemble jusqu’à la mort de Sartre.


Après la guerre, en 1947, il est incarcéré quelques mois à la prison de la Santé pour activités sionistes. En effet, le 7 mars, alors membre du Lehi (également appelé « groupe Stern »), scission de l’Irgoun, il a déposé une bombe qui détruit le Colonial Club, un cercle militaire à Londres, blessant des soldats.


Récemment, il a apporté un soutien critique au mouvement des Gilets Jaunes, incitant ces derniers à épouser les concepts philosophiques.
Il a dit lors d’une interview : ” Le jour où les Gilets Jaunes voudront de la philosophie, la France sera sauvée. “
Robert Misrahi