Tranche de vie de gangsters

Un jour un mec bourré m’a menacé dans un bar. Je ne le connaissais même pas. Il a osé me défier. Il savait pas que je faisais parti de la Murder Incorporated. Je lui ai dit qui j’étais, pensant que ça allait calmer ses putains d’ardeurs.

Il s’en fichait. Il aurait pu agresser n’importe qui. Complètement survolté… Il s’est mis à me provoquer de plus en plus violemment. Il m’a craché dessus, lancé tout un tas d’insultes dégueulasses. Un moment, il s’est foutu en garde comme un boxeur. Je me suis barré…

Le lendemain, je suis revenu avec 2 gars; Mike et Ronney. On a chopé le type. Ronney l’a assommé avec un gourdin. On l’a jeté dans l’arrière-cour. Le mec a commencé à reprendre ses esprits. Il a encore balancé des insultes. Même mal en point, cette vermine en redemandait.

Alors Ronney lui a mis un coup de botte dans la tronche. Mike a sorti une scie de son sac. Pendant qu’on tenait ce mec complètement taré au sol, Ronney lui a scié les deux poings. Le bougre hurlait comme une truie, suppliait, pleurait. Je crois même qu’il a appelé sa mère.

J’ai ordonné à ce fils de pute de se lever. Sinon on lui coupait les couilles. Il s’est exécuté, toujours en pleurs. ” Vas-y mets-toi en garde maintenant ! ” Le gus a montré ses deux moignons. Il était pathétique.
Je lui ai balancé. ” Alors il est où le connard qui voulait me cogner hier ? ” Le mec disait plus rien, son visage n’avait plus aucune expression. Je lui ai craché dessus et on s’est barré. J’aurais pu laisser ce merdeux tranquille, l’ignorer… Rester au dessus de ça…
Mais même chez les voyous, il y a une hiérarchie. On ne peut pas laisser une saleté d’ivrogne manquer de respect à un gars de la mafia. Même s’il nous connaissait pas, c’était un affront. On l’a punit. Il aurait dû sentir le danger, comprendre à qui il avait affaire.
On lui a fait payer son insolence mais surtout son manque d’instinct… Même si on avait des affaires importantes à régler, c’était une question d’honneur. Il faut toujours de l’ordre et de la morale, même dans le monde des gangsters.


M.Tannenbaum de la Yiddish Connection