1995 : Bagarre entre 2 juifs à la Discothèque le Palace : Analyse

Dans les années 90, la discothèque “Le Palace” à Paris, était très fréquentée par la communauté juive. Principalement par des ados ou des jeunes adultes.
Un samedi soir, une bagarre a éclaté entre deux jeunes juifs. Je ne me souviens plus de leur prénom. Appelons-les Laurent et Dan. Laurent a sorti un couteau et a poignardé Dan. Je ne sais pas ce qu’est devenu la victime. Je crois qu’il s’en est sorti.
Plus tard, j’en appris davantage sur le motif de la bagarre. Comme souvent il s’agissait d’une histoire de coeur. Cindy avait rompu avec Laurent et avait entamé une relation avec Dan.
Malheureux certes, mais presque anecdotique.
Toutefois, des échanges avec des amis de Laurent m’ont permis d’en savoir plus sur sa personnalité. Et de mieux comprendre cette histoire dont les tenants psychologiques dépassent largement le cadre de la communauté juive.
Issu d’un milieu modeste, Laurent était un petit délinquant, en échec scolaire, impulsif et violent. Avec fatalement une mauvaise image de lui. Son mal-être l’empêchait de faire des rencontres intéressantes et les filles qu’il côtoyait étaient souvent des paumées ou des marginales.
Lorsqu’il a rencontré Cindy, il est tombé amoureux d’elle. Il était sous le charme de cette fille très belle, intelligente et équilibrée. Sa personnalité était l’opposé de la sienne et de celle de ses anciennes petites amies. Lucide, il pensait, que cette rencontre était probablement inespérée et qu’il n’aurait pas une seconde chance.
Il devint alors très possessif et tentait d’exercer une emprise sur elle. Il l’empêchait de sortir, la surveillait, et plus tard commençait à la menacer. A priori, il n’aurait jamais exercé de violences physiques sur elle. Une barrière qu’il n’osait pas franchir peut-être parce qu’il l’admirait trop.
Mais s’en était déjà trop pour Cindy qui finit par le quitter.
Le monde de Laurent s’est alors effondré. Il était désespéré, désemparé et sombra dans la dépression..
L’idée qu’elle puisse faire sa vie avec un autre, lui était insupportable.
La suite, on la connait…
Les journaux regorgent de ce genre de faits divers. Il ne faut pas se leurrer, ces drames surviennent aussi dans la communauté juive. Les juifs ont les mêmes problèmes et les mêmes travers que les autres.
Heureusement, dans la vie, les histoires douloureuses s’achèvent rarement de façon aussi grave.
Mais celle-ci est aussi une réflexion sur l’amour.
Est-on vraiment amoureux quand on est maladivement attaché à une personne? Que l’on veut la dominer, la posséder, finalement l’objetiser?
L’amour est-il un sentiment sain et épanouissant ou le revers de la médaille de la détestation de soi?
Qu’en est-il de l’estime de soi quand on admire et que l’on encense quelqu’un? Ne l’utilise-t-on pas pour essayer de nous valoriser?