Les sionistes révisionnistes et l’Italie fasciste : Histoire d’une amitié très discrète (1932-1938)

Afin d’oeuvrer pour son développement les cadres du Betar, mouvement de jeunesse du sionisme révisionniste, ont cherché et parfois obtenu l’appui de personnalités politiques de l’Italie fasciste.
Cette collaboration qui s’est déroulée non sans difficultés relevait essentiellement de l’opportunisme. Pour les sionistes révisionnistes, il s’agissait surtout d’obtenir une aide dans la formation des jeunes militants.
Les dirigeants fascistes visaient quand à eux le soutien de la communauté juive italienne espérant aussi accroitre leur influence à l’étranger, grâce à la présence de sionistes dans de nombreux pays.
Les relations entre les sionistes révisionnistes et les fascistes italiens ne peuvent pas être associées à une convergence idéologique naturelle. Il ne faut pas nier pour autant que certains sionistes aient pu être attiré par le fascisme au pouvoir, jusqu’à se proclamer “sioniste et fasciste” à la fois.
Un égarement auquel Jabotinsky lui même n’était pas en mesure de remédier, bien qu’il ait toujours pris ses distances avec le fascisme italien et qu’il soit resté favorable à la démocratie libérale.

 

L’image contient peut-être : ciel, océan, plein air et eau

La Betar Naval Academy, une école navale juive établie à Civitavecchia en Italie en 1934 par le mouvement sioniste révisionniste sous la direction de Vladimir Jabotinsky, avec l’accord de Benito Mussolini

 

 

Article complet ci-dessous:

OPEN EDITION