Donna (Mira) Bakovic, partisane juive

Portrait de groupe de partisanes juives en Yougoslavie. Donna (Mira) Bakovic se tient devant, les jambes croisées.
Date : 1944
Lieu : Bosnie-Herzégovine

En 1942, Donna a été cachée par Dervis Korkut, le directeur du musée musulman de Sarajevo. Ensuite elle est retournée se battre dans la forêt.

En 1946, le régime de Tito arrêta Dervis Korkut et l’accusa de complicité avec les nazis à Sarajevo. Ce crime était passible de la peine de mort. Finalement il ne fit que 7 années de prison.

Mira appris plus tard que non seulement il l’avait sauvée, mais qu’il avait également caché et sauvé la précieuse Haggadah de Sarajevo (l’une des plus anciennes haggadot du monde datant des années 1300).

Elle a décidé de raconter son histoire à Yad Vashem qui a reconnu à la fois Dervis et Servet (sa femme) comme “Juste parmi les nations”. Mira a vécu comme une communiste dévouée mais a commencé à renouer avec le judaïsme dans les années 1960 et a immigré en Israël en 1972.

En 1999, la boucle de l’histoire a été bouclée lorsque Davor, le fils de Donna, a accueilli des réfugiés bosniaques fuyant les atrocités là-bas et qui s’étaient envolés pour Israël. Parmi eux se trouvait la famille de Lamija Korkut, la fille de Dervis et Servet.

Image