“THE LITTLE JEW WAS THERE” : Sigmund Shlesinger, un héros des guerres indiennes

Sigmund Shlesinger était un immigrant hongrois d’origine juive. A Philadelphie, il exerçait la profession de tailleur que son père lui avait appris. Mais il avait soif d’aventure et ne voulait pas rester tailleur. Il quitta alors Philadelphie pour gagner l’Ouest. Il trouva d’abord un emploi de livreur de journaux à Kansas City.
 
Plus tard, il rejoignit le 9ème de Cavalerie du célèbre Général Forsyth.
Au début Shlesinger inquiétait Forsyth car il n’avait jamais utilisé d’armes et était néophyte en combat.
Le 10 septembre 1868, à Beecher Island, les soldats de la 9ème de Cavalerie ont affronté les amérindiens dirigés par le redoutable Roman Nose. 1000 indiens ont attaqué les 50 hommes qui constituaient le régiment de Forsyth. Ce fut le conflit le plus féroce des guerres indiennes. Pour Shlesinger, cette bataille était un baptême du feu Il s’est avéré être un excellent tireur bien qu’ayant reçu sa première leçon pendant le combat…
 
Quatre hommes ont été envoyés pour appeler des renforts face aux indiens qui étaient en surnombre. Les soldats piégés ont manqué de nourriture et ont été forcés de manger leurs chevaux. Shlesinger a refusé de manger du cheval car ce n’est pas casher. Son journal indique qu’il a tiré sur un coyote et l’a mangé (bien que les coyotes ne soient pas casher non plus)
Le 25 septembre, les membres du 10e régiment de cavalerie (Buffalo Soldiers) sont arrivés à Beecher Island pour prêter main forte aux soldats de Forsyth.
Les hommes du Général prirent finalement le dessus sur les indiens. Shlesinger eut l’honneur de scalper trois d’entre eux…
 
Après la guerre indienne, Schlesinger a déménagé à Cleveland, dans l’Ohio, a ouvert un petit magasin, s’est marié et a fondé paisiblement une famille, tout en devenant un pilier de sa synagogue et de la communauté juive. Il est toujours resté ami avec Jack Peate, un soldat dont il était proche pendant la guerre.
Son fils, Albert Schlesinger a servi dans la guerre hispano-américaine. Son petit-fils s’est engagé dans l’armée américaine pendant la Première Guerre mondiale.
 
Chaim Weizmann, premier président de l’état d’Israël, le considéra comme “l’un des plus grands hommes de son époque”. Harry Truman, 33ème président des USA, estimera qu’il était “l’homme seul le plus puissant du monde”.
 
Mais c’est le Général Forsyth, qui lui rendit le plus grand des hommages. Dans un recueil de poèmes qu’il avait écrit, son ancien commandant loua le courage et l’engagement du soldat Schlesinger :
 
“Quand les hommes étaient fatigués, / Ou que les blessés avaient besoin de soins, / Quand un autre coup de feu était entendu/Le petit Juif était là…”
 
Sources:
– http://theportmans.info/index.php?id=sigmund
– http://jewishcurrents.org/september-17-fighting-the-cheyenne/
shlesinger