“Dans le bourgeois juif nous voyons le bourgeois, non le Juif”

“Dans le bourgeois juif nous voyons le bourgeois, non le Juif”
En Juin 1917, sous l’impulsion de Lénine, les soviétiques victorieux de la révolution russe et alors au pouvoir votent une résolution condamnant l’antisémitisme.

Extrait du livre de David Muhlmann, Territoires de l’exil juif: Crimée, Birobidjan, Argentine

Dès le Congrès des soviets ouvriers et paysans qui se tint à Petrograd en juin 1917, une résolution fut votée à l’unanimité dont les conclusions condamnent fermement l’antisémitisme : « Le Congrès panrusse des soviets ouvriers et paysans appelle tous les soviets locaux à la plus grande vigilance face à l’activité des agitateurs antisémites, il appelle les soviets à une action incessante, à un travail constant d’explication parmi les masses populaires les plus larges afin de combattre les campagnes antisémites. Le Congrès donne tout pouvoir au Comité central pour faire paraître une littérature appropriée sur la question juive. Le Congrès adresse son salut fraternel à la classe ouvrière juive au coude à coude dans les rangs de la révolution, et l’invite à transmettre aux masses populaires juives l’assurance que la démocratie révolutionnaire organisée du pays se tiendra résolument à leur côté et les défendra contre toute tentative d’user de la violence à l’encontre des Juifs. »

Le 27 juillet 1918 fut promulgué un décret du Conseil des commissaires du peuple, signé par Lénine, qui eut un retentissement considérable parmi les Juifs de Russie et d’ailleurs. Il y est écrit notamment : « Dans la République soviétique russe, où a été proclamé le principe de liberté et d’autodétermination pour tous les peuples et nations, aucune oppression nationale ne saurait être tolérée. Dans le bourgeois juif nous voyons le bourgeois, non le Juif. Le travailleur juif est notre frère […]. Le Conseil des commissaires du peuple dénonce le mouvement antisémite et les pogroms antijuifs comme un danger mortel pour toute la révolution, comme une menace pour les intérêts des ouvriers et des paysans, et il appelle les masses laborieuses de la Russie socialiste à les combattre de toutes leurs forces […]. C’est pourquoi le Conseil des commissaires du peuple ordonne à tous les Soviets provinciaux de prendre les mesures les plus rigoureuses afin de déraciner le mouvement antisémite et pogromiste. Les pogromistes et tous ceux qui fomentent des pogroms sont mis hors la loi. »