Le gang des barbares/l’affaire Valérie Subra : triste parallèle antisémite

En 1984, 3 amis qui voulaient se faire de l’argent pour partir aux USA, décidèrent de séquestrer des hommes fortunés pour les voler et les tuer.
Le chef du groupe s’appelait Laurent Hattab, fils d’un Juif du sentier qui avait réussi dans les affaires. Sa petite amie Valérie Subra avait le rôle de l’appât. Elle devait séduire les victimes qui seraient ensuite livrées en pâture à ses copains.

Après un premier crime, Valérie donna à Laurent des renseignements sur un homme qu’elle fréquentait en boite de nuit, Laurent Zarade. Elle lui dit qu’il travaillait dans le sentier et qu’il était juif.
Ces révélations n’ont pas réveillé la fibre communautaire chez Hattab qui se contenta de conclure: “C’est bon, il doit avoir beaucoup d’argent”.
Laurent Zarade sera retrouvé mort quelques jours plus tard mort, massacré avec un coupe-papier…

20 ans plus tard, le gang des barbares enleva Ilan Halimi, un Juif dont il pensait que la religion faisait de lui un garçon fortuné et que sa communauté allait forcément être solidaire en payant la rançon.
On connait la suite.
Le parallèle entre ces 2 histoires à 20 ans d’intervalle, montre que les Juifs peuvent parfois s’emparer, malgré eux, des préjugés dont ils sont régulièrement victimes…